Neuroscience & linguistique

Science decryptée : Comprenez Pronounce.

Pronounce est un programme d’entraînement cérébral.

Qu'est-ce que cela signifie concrètement ?

Sommaire

Pourquoi s’entraîner à répéter ?

Le fait de répéter est fondamental dans le parcours d’apprentissage de n’importe quelles compétences. C’est particulièrement le cas quand on souhaite parler couramment une langue étrangère.

L’acte de répéter active un grand nombre de processus cognitifs :
Processus #1
Pont entre le sens et le son.

Tout d’abord, cet entraînement crée un pont essentiel entre le sens et le son. Il place le système auditif en première ligne en contournant le système visuel. A la différence de la lecture, notre cerveau n’a pas tendance à convertir les lettres et les mots en sons familiers (qui sont similaires à notre propre langue maternelle).

Quand vous lisez un livre, les lettres sont similaires à celles que vous utilisez dans votre langue maternelle. Ainsi, vous le lisez naturellement comme si le son des mots était similaire à celui de votre langue maternelle.

Processus #2
De passif à actif.

Nous transformons un processus passif qui favorise la traduction (l’écoute) en un processus actif qui n’implique pas la traduction.  Quand on répète de manière automatisée, on se concentre sur la prononciation et le sens vient après.

C’est précisément la façon dont les bébés acquièrent la langue en imitant les adultes et en déduisant le sens à partir du contexte et du ton.

Processus #3
Activer la mémoire phonologique.

La troisième raison est que nous activons la mémoire auditive qui permet de mieux retenir le vocabulaire et la structure grammaticale. Ce processus cognitif appelé « mémoire phonologique » est impliqué dans la rétention à court et à long terme.

Un exemple : c’est à force de répéter votre nouveau numéro de téléphone que votre mémoire auditive s’active et vous permet de le mémoriser.

Processus #4
L’effet caméléon.

Nous exploitons un autre puissant processus cognitif qui nous caractérise en tant qu’individus sociaux. Il s’agit d’un processus par lequel nous essayons instinctivement de reproduire et d’imiter ce que nous percevons comme bon. Il a été démontré que si vous parlez avec une personne qui a un accent différent, votre cerveau modifie subtilement et inconsciemment votre voix pour qu’elle ressemble davantage à cette personne. 

Pensez aux personnes qui perdent progressivement leur accent lorsqu’elles déménagent dans un autre endroit.

Processus #5
La faculté auto-corrective.

Nous favorisons l’autocorrection qui est impliquée dans le processus de maîtrise de tout type de compétence. Comparer le son que vous produisez avec le son que vous venez d’entendre vous aide à percevoir les différences. Si vous répétez cette pratique de manière intensive, vous anticipez progressivement vos propres erreurs.  

Par exemple, c’est grâce à vos facultés d’auto-corrections que vous arrivez à détecter quand vous faites une fausse note en jouant d’un instrument ou en chantant sous la douche : un détail qui rompt l’harmonie.

Comment répéter efficacement ?

D’un simple son à une suite de mots, vous êtes invité à répéter plusieurs fois une série de mots jusqu’à en faire une phrase complète.

C’est comme fragmenter une chorégraphie : vous apprenez le premier mouvement, puis le second, puis vous combinez les deux mouvements ensemble et ainsi de suite jusqu’à ce que vous maîtrisiez les pas de danse complets.

De même la première fois que vous entendez une phrase, la prévision de votre cerveau est faible car il est difficile d’anticiper les mots à partir du seul contexte.

En répétant plusieurs fois une combinaison de mots de plus en plus complexe, notre approche favorise deux processus cognitifs importants : la perception phonologique et la prédiction cérébrale.

 Pourquoi filtrer les sons ?

Durant notre enfance, nous avons appris à sélectionner les fréquences compatibles avec notre environnement linguistique, et à ne pas écouter celles qui ne font pas partie des structures phonétiques de notre environnement social.

Notre langue maternelle agit ainsi comme un véritable codage linguistique.

En utilisant un filtre qui s’active et se désactive en fonction du rythme de la voix, des variations de fréquences sont créées sans changer la nature du message.

Ces variations facilitent l’assimilation d’une langue étrangère en brisant nos habitudes rythmiques. Nous apprenons progressivement à notre cerveau à assimiler le rythme de l’anglais. Ce filtre est basé sur la Méthode Tomatis

Pourquoi utiliser la conduction osseuse ?

Bouchez vos oreilles et parlez. Vous entendez-vous ? C’est grâce à la conduction osseuse.

Le son de votre voix est transmis naturellement par la vibration des os de la tête. Ce mode de transmission est naturel, 10 fois plus rapide que dans l’air et de bien meilleure qualité.

En proposant de la musique, un dialogue ou un retour vocal par conduction osseuse, nous aidons le cerveau à mieux analyser et à capter les informations.

Pourquoi utiliser de la musique ?

En définitif, le langage est du son, tout comme la musique.

Une langue est donc d’abord une musique, c’est-à-dire un ensemble de rythmes et de fréquences spécifiques. Ces rythmes et ces fréquences constituent les bases sonores fondamentales sur lesquelles vont s’ancrer toutes les autres acquisitions (par exemple, les acquisitions lexicales, syntaxiques et sémantiques).

L’objectif de la musique filtrée est de favoriser la perception du rythme de l’anglais afin que notre cerveau puisse le reproduire lorsque nous le parlons.

Pourquoi la boucle audio-vocale ?

La boucle audio-vocale aussi appelée “feedback auditif” est le processus naturel par lequel chaque individu perçoit, analyse, assimile et ajuste en permanence le message sonore perçu et produit.

En association avec le filtre dynamique, la technologie de rétroaction auditive modifie la perception de votre propre voix pour l’adapter au rythme de l’anglais.

En retour, votre voix est instantanément et subtilement modifiée, en d’autres termes, en modifiant la perception de votre voix on modifie son émission.